Bienvenue sur le site officiel de la commune de Morsiglia

Accueil - Visitez Morsiglia

Visitez Morsiglia...

EN PASSANT PAR MORSIGLIA ...


Adapté de " Visite Touristique du Cap Corse " par Alerius Tardy, édité en 1978.

Au VI ème siècle avant J-C, les Phocéens auraient installé un de leurs comptoirs à Morsiglia, mais nous ne savons pas à quel endroit exactement. L'histoire nous est mieux connue depuis le XIII ème siècle. La communauté et le territoire de Morsiglia ont, de 1248 à 1592, fait partie du fief des seigneurs Da Mare, installés au château de San Colombano à Rogliano. La commune fut administrée par Gênes après la prise du " château " de Morsiglia en 1558, château dont il ne reste rien, mais qui pourrait correspondre au site fortifié du hameau de Stanti.

D'une superficie de 1 380 hectares, Morsiglia possède 200 ha de bonnes terres, mais pas plus de 500 ha de sols incultivables. La surface cultivée comprend aujourd'hui moins de 20 hectares contre 188 hectares 1790 et 250 ha en 1866. Il existe aujourd'hui une seule exploitation agricole, exploitant une quinzaine d'hectares de vignes. Les olivaies, hélas à peine exploitées, représentent encore quelques hectares et on trouve quelques petits vergers ou jardins particuliers. En 1790 on comptait 170 ha de vignes (le vin muscat de Morsiglia passait pour être le meilleur de toute la Corse et régalait les tables des Papes), 9 ha d'olivaies et 19 ha de terres labourables. Le bilan forestier est pauvre, sauf par un boisé de chênes peu entretenu et il y a plusieurs centaines d'hectares de maquis de cistes, d'arbousiers et lentisques...

Vers 1875 Morsiglia avait 735 âmes, mais seulement 525 en 1946. Quelque 700 habitants ont émigré durant les cent dernières années dont environ 220 pour Marseille, 250 pour Bastia, et moins de 100 pour les Amériques. De nos jours, une centaine de personnes vivent l'hiver sur la commune de Morsiglia, contre plus de 500 l'été ; elles disposent d'environ 140 maisons , contre 115 en 1946. .

De nombreux cap - corsins se sont de tout temps installés hors de Corse. Il serait fastidieux de nommer les seuls Morsigliais établis hors de l'île. Cependant, on peut citer les premiers qui nous sont connus, comme Andrea Gaspari, Conseiller de Philippe II Roi d'Espagne, et surtout les Lenci qui pratiquaient la pêche du corail sur les côtes de Barbarie (l'actuelle Algérie) ; un de ces riches armateurs, Tomaso Lenci avait un splendide palais à Marseille et fut créé en 1553 gentilhomme par Henri II, sous le nom Thomas de Lenche ; dans le 2ème arrondissement de Marseille, la place de Lenche rappelle que les Lenci jouèrent un rôle important dans cette ville dont plusieurs furent échevins. A la fin du XVIII ème siècle, Giacomini de Porrata exploitait des mines d'or au Pérou en Amérique espagnole...

UNE VISITE DE LA COMMUNE DE MORSIGLIA ...
depuis la mer vers la montagne


MUTE , E Mute, ce hameau qui constitue la Marine de Morsiglia, est implanté à la limite de la commune de Centuri. C'est une toute petite marine, le plus souvent inhabitée l'hiver, contre une centaine de résidents l'été ; elle située au nord de l'embouchure du ruisseau de Guadi, dit aussi Fiume Majo, le grand cours d'eau. E Mute qui à la fin du XVIII ème siècle comptait plus des " magazzini " et un entrepôt de marchandises - U Casone - et disposait de 20 petits bateaux. Il n'y a plus aujourd'hui de pêcheurs et seuls y accèdent des plaisanciers et estivants. E Mute possède une plage de galets et une chapelle, San Sebastianu dont la façade a été décorée en 1968. Quitter E Mute par le sud-est par le CD 35 en direction des autres hameaux composant l'agglomération de Morsiglia, en remontant par une petite route sinueuse. Après quelque trois kilomètres, on atteint le lieu-dit Spartita, où l'on prendra à gauche le chemin du Cunventu - le Couvent de l'Annonciation -, situé 700 mètres plus loin.

U CUNVENTU est un ancien couvent créé XV ème siècle et dédié à l'Annonciation. Ce couvent de religieux de l'Ordre des Servites de Marie jusque en 1792, puis de Capucins au XIX ème, a été pillé en 1563 par Mammi Pacha, renégat originaire de Pino ; l'église a été totalement reconstruite à la fin du XVIII ème sur l'emplacement d'un édifice plus ancien, qui avait lui même remplacé la chapelle primitive. Les environs du Cunventu sont agréables et assez verdoyants. En reprenant la route la petite route conduisant au centre de Morsiglia, on atteint une sorte de crête prolongée à l'Ouest par les sites de Monte Grossu, Stepiale et Racamo ; les deux premiers sont des hauteurs dotées chacune d'un moulin à vent ruiné, le dernier : Racamo est un vallon renfermant une petite source d'eau minérale tiède ferrugineuse ; on peut atteindre Racamo à l'aide d'un sentier, accessible depuis la Croix de San Leonardu.

I STANTI ( dit parfois Ristanti) hameau qui vit naître François Antommarchi, Médecin de Napoléon 1er à Sainte - Hélène, compte moins d'une dizaine habitants l'hiver contre 100 l'été ; ils étaient presque 200 vers 1875. Bâti sur un promontoire, Stanti a été incendié au XVI ème siècle par les Sarrasins, le hameau possède une chapelle, San Rocco, et une tour carrée, la Tour Porrata, édifiée au XIV ème siècle. Au sud de Stanti la route domine de nombreuses terrasses ; une partie d'entre elles est encore soigneusement cultivée en vignes. Ces parcelles cultivées, obtenues par la construction de kilomètres de murs de soutien de la terre végétale, attestent d'un travail considérable, un courage inlassable et une indomptable persévérance dont il est difficile aujourd'hui de se faire une idée. Cette véritable emprise forcée de l'homme sur la nature consécutive à la considérable augmentation de la population au XIX ème siècle (le Cap-Corse comptait 17 530 habitants en 1875 contre 11 000 en 1810 et 5 000 aujourd'hui) a été stoppée par la chute des cours de cédrat et l'exode massif.

BARAGOGNA, situé à 200 mètres au sud de Stanti, est un hameau de quelques habitants l'hiver contre une cinquantaine l'été. Baragogna possède une chapelle SS. Filippu e Ghiacumu. Entre Baragogna et Stanti, près de la Fontaine d'Arrivo, au milieu des terrasses, - ou " trasti " -, se dresse la tour carrée de Andrea Gaspari, édifiée au XVI ème siècle. Tout près au sud de la tour, le lierre dissimule une partie des ruines de Camorsiglia, village abandonné vers 1905 ; Camorsiglia était le plus ancien hameau de la Commune de Morsiglia, et sont nom est sans doute une déformation de celui plus ancien d'Acqua - Morsiglia, puisque une source y coulait en abondance. Au dessus de Baragogna, en traversant la route principale, on arrive à Pecorile.

U PECURILE, ou Pecorile, avec 50 habitants l'hiver et 250 l'été, est le principal hameau de la commune de Morsiglia. Pecorile renferme 4 tours carrées d'habitation ; 3 tours seulement demeurent visibles, la quatrième ayant été transformée ; la plus belle de ces tours est en haut du village, au lieu-dit Pianasca. Pecorile possède une église, San Giovanni-Battista, édifiée au 17ème siècle. Au sud de Pecorile, au bas de la mairie, existe une ancienne chapelle désaffectée San Bartolomeo. Depuis la sortie nord de Pecorile, on peut prendre à droite le chemin desservant le hameau de Pruno.

U PRUNU, ou Pruno, hameau le plus souvent inhabité l'hiver contre une trentaine d'habitants l'été et 65 vers 1875. Pruno possède une chapelle Santa Maria Assunta. Il est recommandé de monter jusqu'à Pruno pour avoir une vue intéressante sur une grande partie du village. Pruno est dominé par la crête du Monte Ruguzzulu - le rouge gorge - et ses à pics rocheux.

SUNDI Pour accéder à Sundi depuis Pecorile et la route principale, la RD 80, on prendra, face à la Mairie, la direction de Meria par le CD 35. A un peu plus d'un kilomètre, la route passe entre les hameaux de E Pusacce, aujourd'hui Posacce (dit parfois Pilosacce au siècle dernier) et de A Casanova, qui à eux deux ne comptent que quelques habitants l'hiver plus de 30 l'été. Au siècle dernier, Posacce renfermait à lui seul 60 âmes. A 50 mètres au nord de Casanova, sur un mamelon de 275 mètres d'altitude, se dresse la Tour du Petriglio, partiellement ruinée, tour carrée héroïquement défendue en 1563, lors de la razzia de Mammi Pacha. Dernier hameau vers l'est, et le plus haiut du village, Ghjuvannacce, ou Giovannace ; ce hameau comprenait lui aussi une tour carrée, tour aujourd'hui accolée à une maison. Giovanacce est situé à cent mètres au sud de Posacce et compte une douzaine d'habitants l'hiver contre 50 l'été. C'est le hameau le plus élevé de la commune. Ces trois hameaux, Posacce, Casanova et Giovanacce, sont aussi désignés sous le nom d'ensemble de Sundi. Sans doute par contraction de Quassundi, la haut...

Au sud-ouest de Sundi, la route continue à monter. Après le grand virage de Castellucciu, la route se dirige vers l'est. A un kilomètre de Sundi, on atteint l'ancienne chapelle Santa Lucia, désaffectée, et près de laquelle existait le hameau de Poghju, qui dit - on, fut entièrement brûlé en 1563 par le pirate Mammi Pacha. De Santa Lucia la route offre un intéressant panorama sur le vaste golfe d'Alisgiu , et atteint A Bocca di Campu Merlinu, à 386 mètres d'altitude. Peu après avoir franchi la ligne de crête du Cap - corse, prendre à gauche le chemin menant au nord à A Madonna delle Grazie (Notre Dames des Grâces), chapelle construite au XVII 7ème siècle sur l'emplacement d'un sanctuaire plus ancien. Un belle place et des abris pour les pèlerins entoure l'édifice.

Au nord et au dessus de A Madonna, sont visibles les ruines de la chapelle Sant'Agustinu, édifiée au XIX ème siècle sur un étroit sommet rocheux de 564 mètres, dans un site grandiose et sauvage. Par la piste forestière, on accède à ce site qui par temps clair, donne sur un vaste panorama. A 2 Km à l'est de La Madonna, près de A Punta di Razzeta, existait une autre chapelle dédiée à Santa Catalina Falata, chapelle aujourd'hui disparue. Au sud de A Madonna, la vallée du Ghjunchettu est longée par le CD 35 qui conduit vers Meria dont la territoire débute quelques kilomètres plus bas vers l'est.

De retour à Pecorile, prendre vers le sud la RD 80, dans la direction de Pino. A 500 mètres un chemin étroit mène à la paroisse Saint Cyprien, église commencée au XIV ème siècle et achevée au milieu du XVIII ème avec sa façade très originale. A proximité se dresse Santa Croce, une ancienne chapelle de confrérie. De nombreux tombeaux entourent ces deux édifices.

MUCCHIETA A un kilomètres au sud de Pecorile , la route traverse le hameau de Mucchieta, une trentaine d'habitants l'hiver contre 60 l'été et 100 en 1875), situé en grande partie au-dessus de la route, il renferme une chapelle privée, Santa Trinita ainsi qu'une petite tour carrée. Un vignoble, une cave viticole et les terrasses dallées où sèche le raisin muscat donnent aujourd'hui son caractère à ce hameau Au sud de Mucchieta, la route taillée en corniche dans le roc contourne la Crête di Ficaria dont les falaises plongent à pic dans la Méditerranée. A 2 km au sud de Mucchieta, la route change de direction, oblique vers l'est et permet de découvrir peu à peu le golfe d'Alisu depuis le site de Capo Corvoli. La route décrit ensuite plusieurs lacets, jusqu'à la plage d'Aliso, au débouché du sauvage et chaotique cirque de Carpinetu, dominé par les cimes du Fornellu à 552 m, de Gulfidoni à 606 m, de A Filetta à 590 m, de Monte Popolo à 520 m, de Pastricciola à 305 m. La petite plage de l'Algaghju est la limite sud de Morsiglia.


D’un hameau à l’autre, passez à...
 

Pecorile, dominé par quatre fortes  tours dont Pianasca et Saint Jean (inscrite ISMH). Découvrez le Palazzu Ghielfucci, d’inspiration coloniale, construit en 1838, comme en attestent les clés qui ornent sa façade, avec son porche monumental et ses galeries sous arcades. Descendez vers Baragogna et continuez vers Stanti,  «la sentinelle », dont les maisons serrées contre la tour forment un  véritable bastion. Faites halte pour vous rafraîchir et allez ensuite vers Muchietta pour contempler  le panorama du village rehaussé par ses tours. 

Hameau Pecorile
Eglise Saint Cyprien (classée)
Testimoni sur bâti ancien (Témoins)

Vous ne serez plus loin de Saint Cyprien, de sa Confrérie et du clocher (également inscrits ISMH) ; au centre de l’ensemble des hameaux, l'église paroissiale a été édifiée à partir de 1390 et achevée vers 1750. Sa façade baroque est remarquable par sa double colonnade superposée. 

Lucarne
Ruelle
Porte
Tour
Ferronnerie

Au gré de votre excursion, reprenez le CD 35 vers l’est et montez jusqu’au plateau de Frasso où est édifiée la chapelle Notre-Dame-des-Grâces ; de là, à pieds, prenez la piste jusqu'à Saint-Augustin, chapelle romane du Xème siècle. Revenant vers le littoral, passez jusqu’au Couvent (inscrit ISMH) ou allez jusqu’aux anciens moulins à vent de Racamu. Enfin, suivez les sentiers qui, à travers le maquis, vous conduisent à la plage de Mute.



Sommaire

Histoire

Visite

Le patrimoine

Le vignoble

Les services

Liens

Courriers



maure